side-area-logo

L’e-commerce sur les réseaux sociaux : vers une inversion des tendances de communication ?

Outre-mer se développe de plus en plus le « commerce social », des solutions e-commerce à travers les réseaux sociaux. Les Américains sont déjà familiers avec ces outils, qui permettent, en un clic, d’acheter des produits repérés sur les réseaux sociaux comme Instagram ou Pinterest.

Instagram a lancé en mars 2018 une nouvelle fonctionnalité : le bouton « acheter » permettant aux comptes professionnels de préciser sur leurs posts les articles présentés et rediriger directement le client sur le site annonceur. Pinterest, de son côté, a sorti l’an dernier son outil « Shop the Look », qui permet à ses utilisateurs d’acheter les produits qu’ils découvrent via différentes images de mode et/ou de décoration : un outil de tendance des produits destiné à la vente.

Ces deux réseaux sont de grands générateurs de contenus puisque 25 millions de marques possèdent déjà leur compte professionnel sur Instagram. Sur Instagram, 80 % des utilisateurs du réseau suivent au moins une marque et sur Pinterest, ce n’est pas moins de 75% des contenus disponibles qui proviennent de marques, de distributeurs ou d’influenceurs.

De nouveaux canaux et enjeux

Aujourd’hui la plupart des réseaux sociaux, tels que Snapchat, Youtube, Pinterest et depuis peu Instagram se positionnent sur l’axe du commerce social. Cette pratique permet aux médias sociaux d’aider les utilisateurs dans l’achat et la vente de produits et services en ligne. Elle se base sur l’interaction sociale des utilisateurs, une pratique qui semble idéale quand on sait que 67% des internautes dépensent plus sur Internet suite à une recommandation, et que le partage et les avis génèrent en moyenne 3,2 visites supplémentaires sur les sites de e-commerce.

Selon une étude menée par L2 Inc en octobre 2017, 72 % des utilisateurs seraient plus enclins à acheter un produit après l’avoir vu sur Instagram.

Entretenir le désir d’achat

Ces nouveaux outils engendrent un effet « boule de neige » pour les marques, grâce au partage des posts. La cible de ces réseaux étant en grande partie féminine (pour Pinterest, les utilisateurs sont majoritairement CSP+, à 80% mobile et à 70% féminine), les vendeurs peuvent ainsi toucher d’abord leurs followers, mais aussi les followers de leurs acheteurs.

Ces fonctionnalités devraient faire bondir les ventes des différentes marques concernées en favorisant les achats impulsifs des utilisateurs. Aujourd’hui, un quart des Français apprécient le fait de pouvoir acheter des produits directement depuis les réseaux sociaux, dont 45% sont des 18-35 ans (source : Havas/Paris Retail Week).  Le commerce social surfe sur un réel intérêt de la part des jeunes et en joue de plus en plus.

L’e-commerce sur les réseaux sociaux, une contraction des modes de communication ?

Mais ces nouveaux outils lèvent aussi des problématiques plus importantes :

Les réseaux sociaux ont toujours été un moyen pour les marques de privilégier leurs valeurs dans leur communication et de réduire un maximum l’aspect commercial et vendeur. C’est la création de clients fidèles et de fans, qui pourront communiquer à leur tour pour l’entreprise car ils ont apprécié leurs valeurs.

L’arrivée du commerce social contredit l’essence même de la communication sur les réseaux sociaux : le produit est placé avant l’entreprise. Si les jeunes consommateurs sont plus réceptifs aux contenus commerciaux, continuent-ils de s’intéresser aux valeurs des annonceurs ? Sommes-nous vers une inversion des tendances de communication ? La réponse ne pourra être donnée que dans quelques années mais la croissance évidente de ce canal commercial nous poussera très probablement à se pencher sur la question plus sérieusement.

Vous souhaitez utiliser les réseaux sociaux pour communiquer sur votre entreprise ? Faîtes confiance à l’agence Eanet et contactez-nous. 

Laisser un commentaire